Cryptomonnaies : la capitulation a-t-elle eu lieu ?
Publié le
Published on
20/9/2022

Cryptomonnaies : la capitulation a-t-elle eu lieu ?

Une capitulation complète correspond au point le plus bas… C’est donc en théorie l’occasion de faire des bonnes affaires.

Envie de lire la suite ?

Seuls les abonnés ont accès à cet article !
Inscris-toi pour accéder au meilleur contenu, avoir des infos exclusives et rejoindre la communauté des baleines. 🐳

Réservé à nos abonnés

Chaque investisseur chevronné vous le dira, le meilleur moment pour investir reste celui après une “capitulation”. Sur le terrain militaire, capituler, c'est se rendre, laisser à l'adversaire le contrôle du champ de bataille. Dans la finance, on parle de capitulation lorsque les investisseurs abandonnent massivement et précipitamment le marché en vendant leurs actifs à tout prix pour se réfugier ailleurs. Théoriquement, une capitulation complète correspond au point le plus bas… C’est donc en théorie l’occasion de faire des bonnes affaires car le cours ne peut, en théorie, que remonter (si l’actif n’est pas mort bien sûr 😂).

La semaine dernière a été l’occasion d’assister à un grand frisson avec l’effondrement de l’UST, le troisième stablecoin du marché. Le cours du bitcoin a perdu 26% en quelques heures jusqu’à venir toucher les 25.000 dollars, un niveau qu’il n’avait pas atteint depuis décembre 2020 (ce qui nous offre un joli -64% depuis le record de novembre à 69.000 dollars). Il suffit d’aller sur les réseaux sociaux pour constater les dégâts...

Le cours du bitcoin depuis fin 2017 :

­­­­

­­­­

Dans le même temps, le nombre de transactions en NFT diminue et la banque d’affaires américaine Morgan Stanley prédit une dépréciation des terrains virtuels acquis dans les métavers. Ça ressemble fort à une capitulation, non ?

C’est en tout cas ce que pense Mathieu Jamar. Pour ce gestionnaire d’actifs du fonds crypto belge DCY, “il y a clairement eu une capitulation sur les marchés la semaine dernière, il est donc tout à fait possible que nous ayons marqué un plus bas pour un certain temps, mais il est encore difficile d’affirmer si ce niveau sera la dernière capitulation.” Quoi, attendez, il peut y avoir plusieurs capitulations ?

Malheureusement oui : il a fallu une année entière au bitcoin pour se reprendre entre son krach de fin 2017 (20.000 dollars) et son point bas de fin 2018 (3100 dollars). Le tout ponctué de timides reprises rallumant l’espoir, mais rapidement douché par des rechutes vertigineuses. “Ce qui est très douloureux, c’est d’avoir un marché qui baisse lentement”, insiste Mathieu Jamar. “On préférerait qu’il chute un bon coup afin de repartir rapidement, mais ça se passe rarement comme ça en bear market (marché baissier, ndlr)”, témoigne-t-il.

Même si le marché crypto a donné des signes de capitulation, il reste largement corrélé aux actions américaines. Et ce marché est quant à lui encore loin d’avoir rendu les armes. “Les cryptos pourraient s’effondrer encore davantage si les actions se mettaient à dévisser”, anticipe le gestionnaire d’actifs. Il y a des arguments en faveur de ce scénario : sous l’effet de la remontée de ses taux directeurs, la banque centrale américaine menace de faire plonger les États-Unis dans la récession. Ce n’est jamais bon pour les actifs à risque, actions et cryptos en tête.

Il faudra donc s’armer de patience et guetter une éventuelle décorrélation des cryptos avec les actions. L’investisseur prudent pourra néanmoins continuer à investir en optant pour une stratégie Dollar Cost Averaging (DCA). Cette méthode consiste à investir des sommes modestes à intervalles réguliers (tous les mois par exemple) au lieu de placer tout son capital d’un coup. Plusieurs plateformes se sont positionnées sur ce créneau : on retiendra principalement StackinSat et Bitstack pour ceux qui veulent s’exposer uniquement au bitcoin.

Envie de rejoindre la révolution Web3 ?

Le meilleur de l'info crypto, NFT, DeFi en 15 minutes chaque semaine grâce aux deux newsletters (mercredi et jeudi) des journalistes spécialisés Grégory Raymond et Raphaël Bloch.