Que faire face à une inflation record ?
Publié le
Published on
November 1, 2022

Que faire face à une inflation record ?

C’est LA question que vous êtes des millions d’Européens à vous poser.

Les chiffres sont tombés lundi. En octobre, l’inflation dans la zone euro (19 pays) a atteint les 10,7% en rythme annuel, un record depuis la création de la monnaie unique il y a plus de vingt ans.

Pour comprendre ce que représente 10% d’inflation, prenez un billet de 10 euros.

Aujourd’hui, ce billet vous permet d’acheter 10 euros de viennoiseries ou de tickets de bus (électriques bien sûr). Sauf qu’avec 10% d’inflation par an, votre billet ne vaudra plus que l’équivalent de 9 euros en 2023. Et là, nous ne parlons que de 10 euros. Pour 10.000 euros ou 100.000 euros, la perte est beaucoup plus importante 😅.

Dans ce contexte, beaucoup d’entre vous se demandent comment faire pour éviter, ou du moins limiter au maximum, l’impact de l’inflation.

Remarque importante : il n’y a aucune solution miracle. AUCUNE.

Il existe cependant des investissements et stratégies qui permettent de potentiellement limiter l’impact de 10% d’inflation, en attendant que Christine Lagarde et la Banque centrale européenne (BCE) fassent retomber la température en continuant à augmenter ses taux d’intérêt.

On vous a préparé une petite compilation, sans sponsoring, ni rien du tout (comme d'habitude 😎).

Envie de lire la suite ?

Seuls les abonnés premium ont accès à cet article !
Inscris-toi pour accéder au meilleur contenu, avoir des infos exclusives et rejoindre la communauté des baleines. 🐳

Abonnez-vous gratuitement pour lire la suite.

🏘️ Immobilier : C’est la première chose à laquelle on pense, et que votre oncle ou cousine “bien informée” va évidemment vous recommander. La “pierre” a un gros avantage (au moins en Europe) : son prix, hors crise, a tendance à s’apprécier, ce qui peut compenser en partie l’inflation.

En France, les prix de l’immobilier (dans l’ancien) ont progressé de 6,8% sur ces douze derniers mois, selon l’INSEE.

Le problème, c’est qu’en période d’incertitude économique, voire de crise 📉, les prix de l’immobilier ont tendance à baisser. Si l’on ajoute à cela le renchérissement des crédits (rien qu’en France, ils sont passés en moyenne de 1% à 2% en moins d’un an pour un emprunt de 20 ans), qui lui aussi joue à la baisse sur les prix, ceux de l’immobilier pourraient baisser ou du moins augmenter moins rapidement que prévu… “On observe déjà le phénomène dans plusieurs pays européen comme le Royaume-Uni”, confirme Philippe Crevel, directeur du Cercle de l’Epargne.

🥇 Les métaux : L’or est sans doute LA valeur refuge par excellence. Surtout pendant les crises (crise des subprimes par exemple) et lorsqu’il y a de l’inflation. 

Historiquement, le métal jaune prend de la valeur quand les monnaies en perdent parce qu’il est en quantité limitée (au moins en théorie car on continue d’en trouver tous les jours) et accepté à peu près partout sur la planète. Attention toutefois : l'or a perdu 18% depuis le début de l’année, preuve que même la “relique barbare” n’est pas à l’abri.

🧾 Livrets d’épargne : C’est toujours mieux que rien (c’est-à-dire sous votre matelas), car le Livret A en France rémunère les dépôts à hauteur de seulement 2%.

🏦 Les actions : “J’y vais, j’y vais pas”. Depuis la crise du Covid, les marchés actions, comme les cryptos (on en parle en-dessous), font un peu les montagnes russes.

En 2021, portées par le rebond économique, les principales Bourses de la planète ont fortement progressé. La Bourse de Paris a pris 29%, celle de Londres près de 15%…

Les choses sont en revanche beaucoup plus compliquées en 2022 🙃. Les marchés ont en effet fortement baissé, mais ce n’est pas le cas de tous les secteurs. Si les valeurs “technologiques” comme Meta ou Google ont pris de sacrés gadins, d’autres, dans les infrastructures et l’énergie ont le vent en poupe. Pour encore combien de temps ?

₿ Les cryptos-actifs : Si les cryptos ont fortement progressé ces dernières années, aucune ne s’est imposée comme un rempart contre l’inflation. Au moins à court terme.

Le bitcoin, qui est quantité limitée (on vous explique tout ici), en est peut-être le meilleur exemple. Alors que l’inflation est à un niveau record, la plus grosse crypto de la planète n’a pas suivi la même trajectoire. En 2022, il a perdu 70% de sa valeur 🙃.

Faut-il pour autant déclarer forfait ? Pas vraiment. Comme pour les autres actifs, il faut être vigilant et comprendre comment cela fonctionne. “Il faut avoir des cryptos pour diversifier son portefeuille”, souligne Nicolas Chéron, analyste boursier et financier.

Outre l’achat de bitcoin et autres cryptos, il est possible de placer des stablecoins - des cryptos indexées à la valeur de monnaies traditionnelles comme le dollar ou l’euro - auprès de sociétés spécialisées. En France, il y a des entreprises comme Coinhouse ou Feel Mining (enregistrées auprès de l’Autorité des marchés financiers) qui le font et les rendements peuvent atteindre 6% annuel - non garantis. La plateforme d’échange américaine FTX permet d’obtenir 8% via son application mobile (offre limitée à 10.000 dollars de dépôts).

Les plus avertis pourront quant à eux utiliser des services plus perfectionnés comme Capsa Finance, une sorte de hedge fund nouvelle génération (qui attend en France son enregistrement auprès de l’AMF), dont le token CAPSA reflète la performance du fonds. Il affiche un rendement de 11% sur les 12 derniers mois. Pas mal à un moment où les bons placements se font rares...

Attention toutefois : toutes ces solutions peuvent entrainer une perte en capital. Chaque placement implique un risque et plus celui-ci est grand, plus les rendements sont élevés.

Envie de rejoindre la révolution Web3 ?

Le meilleur de l'info crypto, NFT, DeFi en 15 minutes chaque semaine grâce aux deux newsletters (mercredi et jeudi) des journalistes spécialisés Grégory Raymond et Raphaël Bloch.