Régulation : Sorare ne sera pas requalifié en jeu d’argent
Publié le
Published on
November 18, 2022

Régulation : Sorare ne sera pas requalifié en jeu d’argent

La start-up française Sorare et l’Autorité nationale des jeux ont enterré la hache de guerre. Une solution provisoire a été trouvée entre les deux parties, avec la bénédiction du gouvernement.

On peut souffler du côté de Sorare. L’une des plus grosses levées de fonds de la tech française (680 millions de dollars en 2021) ne sera pas alignée sur le même régime que les sites de paris en ligne comme Betclic ou Winamax. “Nous avons trouvé une solution provisoire avec l’Autorité nationale des jeux (ANJ) qui satisfait les deux parties”, nous confie Nicolas Julia, cofondateur de Sorare. L’accent sera notamment mis sur le renforcement de l’offre gratuite, qui concerne déjà 90% de l’utilisation du jeu. Un mini-jeu consacré à la Coupe du monde entièrement gratuit vient d’ailleurs d’être lancé.

Pour ne pas être apparenté à un jeu d'argent (et donc au sacrifice financier qu'il implique), Sorare se justifie en expliquant que son jeu ne constitue pas une mise car les joueurs ne perdront jamais leurs cartes, c'est-à-dire leurs NFT. Pour l’ANJ, cette réponse constitue une "étape transitoire mais essentielle" avant l’adoption "d’une solution pérenne". Durant cette période de transition, l’ANJ mettra en place un dispositif de contrôle ad hoc de l’activité de Sorare et vérifiera la bonne mise en œuvre de la solution autour de "l’accès gratuit" et, d’autre part, le respect des objectifs de prévention du jeu excessif et de protection des mineurs, d’intégrité et de transparence des opérations de jeu et de lutte contre la fraude et le blanchiment de capitaux.

“L’ensemble de parties prenantes, c’est-à-dire l’ANJ, Sorare, les dizaines d’entreprises qui entreprennent dans le Web3 gaming et le gouvernement s’accordent toutes à dire qu’il y a besoin de construire un cadre pérenne sur le long terme”, souligne Nicolas Julia. “Nous constatons que le régulateur sait accompagner l’innovation et reconnaît qu’il faut faire évoluer les textes, dont certains ont des dizaines d’années, et qui ne sont pas forcément adaptés aux usages des nouvelles technologies”, indique-t-il.

Malgré la mise en garde adressée fin juillet à Sorare par l’ANJ, la start-up avait immédiatement reçu le soutien du gouvernement dans son combat. Dans une interview à The Big Whale, le ministre du Numérique Jean-Noël Barrot avait déclaré que “s’agissant de certains usages comme celui de Sorare, il faut savoir faire preuve d’agilité". Il avait également indiqué que "c’est fondamental si on ne veut pas brider l’innovation. Il faut donc trouver les voies pour que l’innovation se développe tout en protégeant les utilisateurs contre certains risques, notamment l’addiction et le blanchiment”.

Envie de lire la suite ?

Seuls les abonnés premium ont accès à cet article !
Inscris-toi pour accéder au meilleur contenu, avoir des infos exclusives et rejoindre la communauté des baleines. 🐳

Abonnez-vous gratuitement pour lire la suite.

Envie de rejoindre la révolution Web3 ?

Le meilleur de l'info crypto, NFT, DeFi en 15 minutes chaque semaine grâce aux deux newsletters (mercredi et jeudi) des journalistes spécialisés Grégory Raymond et Raphaël Bloch.