Reading
Baisse des taux : quelles conséquences pour le secteur crypto ?

Baisse des taux : quelles conséquences pour le secteur crypto ?

Baisse des taux : quelles conséquences pour le secteur crypto ?Baisse des taux : quelles conséquences pour le secteur crypto ?

Depuis un peu plus d'un an, l'écosystème crypto s'est organisé pour faire face à une hausse des taux. Si les stablecoins centralisés en ont bien profité, la finance décentralisée (DeFi) attend avec impatience un retour à une politique monétaire plus accommodante.

Un revirement à 180 degrés. Après une année 2023 marquée par une brutale hausse des taux, il semblerait que les principales banques centrales de la planète aient décidé de changer leur fusil d’épaule. Et pour cause, après avoir dépassé les 10 %, l’inflation a fortement reflué en Europe et aux États-Unis. Résultat, la Fed et la Banque centrale européenne ont laissé entendre qu’elles pourraient de nouveau baisser leurs taux.

Cette décision ne sera évidemment pas sans conséquence pour l’industrie crypto, qui est particulièrement sensible au prix de l’argent. Les cryptos étant considérées comme des actifs risqués, plus les taux sont élevés et moins elles sont intéressantes, et vice-versa.

"Si les taux baissent de nouveau, le secteur crypto pourrait redevenir attractif", souligne ainsi Sébastien Dérivaux, PDG de Stakehouse Financial, un cabinet qui accompagne les organisations autonomes décentralisées.

La question reste de savoir de quel côté la hausse va se manifester. Du côté du bitcoin ? De l’ether ? De tous les altcoins ?

👉 Une poussée du bitcoin et de l'ether profiterait à la finance décentralisée

"Les derniers cycles haussiers ont montré que le déclencheur était l'augmentation à la hausse du prix du bitcoin suivie d'une hausse quasi-généralisée de tout le secteur", explique Jean-Marie Mognetti, PDG de l'Asset Manager CoinShares.

En plus d'une baisse des taux à prévoir en 2024, le halving de bitcoin ainsi que la perspective d'une première approbation d'un ETF Spot sont autant d'éléments identifiés par les analystes comme pouvant rendre favorable une augmentation significative du cours de la principale crypto-monnaie du secteur.

Toujours selon certains analystes, cet afflux de capitaux pourrait par ricochet profiter à la finance décentralisée. "L'effet serait double. D'une part, la baisse des taux permettrait aux investisseurs d'emprunter à un taux moins élevé et de profiter d'un effet de levier sur le bitcoin. D'autre part, la hausse des cours de cette crypto de référence inciterait les acteurs à la placer en garantie pour emprunter du stablecoin ou d'autres cryptos pour générer du levier", analyse Sébastien Dérivaux.

"Il sera également intéressant de voir si cette fois, la prochaine vague de spéculateurs va chercher à davantage utiliser les plateformes DeFi que les plateformes centralisées comme Celsius Network ou Genesis qui ont clairement montré leur limite de gestion en faisant faillite", poursuit le Français.

Au plus fort du Bull Market en octobre 2021, les protocoles de prêts et d'emprunts comme Aave ou Compound affichaient respectivement une valeur totale de 19 milliards de dollars et de 12 milliards de dollars avec à la clé des revenus perçus en commission pouvant atteindre près de 2 millions de dollars par jour.

Aujourd'hui, ces montants tombent à 6 milliards de dollars et 2,4 milliards de dollars. Les taux redevenant intéressants pour les apporteurs de liquidité permettraient aux emprunteurs de disposer de liquidités pour générer du levier.

👉 Quelles conséquences pour les stablecoins ?

"Les premiers bénéficiaires de cette hausse des taux ont été les stablecoins centralisés comme l'USDC ou Tether qui ont vu leurs revenus augmenter puisque la majorité de leurs réserves sont composées de Bons du Trésor américain", explique Garrett Jones, cofondateur et économiste en chef chez Bluechip, site spécialisé dans la notation de stablecoins.

Mais avec la baisse des taux, comment vont-ils s'organiser ? "Ces derniers ont un avantage puisqu'ils ne redistribuent pas une partie du rendement à leurs utilisateurs, ce qui leur permet sûrement d'anticiper une baisse des taux", remarque Sébastien Dérivaux.

Au premier trimestre 2023, Circle a indiqué avoir réalisé 779 millions de chiffre d'affaires et disposer de plus d'un milliard de dollars de liquidité dans son bilan, selon le dernier pointage qui date de juin 2023.

De son côté, Tether a revendiqué des bénéfices trimestriels proches du milliard de dollars en 2023. Un chiffre crédible vu son exposition aux bons du Trésor américain qui était d'environ 85 % du total des réserves de son stablecoin.

"Globalement, 2023 a été une année record pour les stablecoins centralisés qui ne devraient pas se retrouver trop en difficulté puisqu'il est peu probable que les taux descendent en dessous des 2 % en 2024", avertit Garrett Jones.

En revanche, l'émetteur du stablecoin Dai, Maker, pourrait-il se retrouver secoué ? Ce dernier a effectué un virage spectaculaire en 2023 augmentant significativement son exposition aux Real World Assets (RWA) et aux bons du Trésor américain afin de notamment compenser la perte liée à la baisse des revenus issus des commissions générées par les emprunteurs du Dai.

Aujourd'hui, les revenus de Maker sont constitués à plus de 50 % de bons du Trésor américain. "Les ajustements effectués permettent d'anticiper une baisse des taux qui serait probablement compensée par un regain d'intérêt envers la finance décentralisée et donc de l'activité sur le protocole Maker", se veut confiant Sébastien Dérivaux.

Tout ce qui compte en Web3. Chaque semaine.
25€/mois
12.5€/mois
Offre disponible jusqu’au 30.04.2024. 30 jours d’essai gratuit.
S'abonner
Tout ce qui compte dans le web3.
Les meilleurs news et analyses cryptos. Chaque semaine. 100% indépendant.
S'abonner
Dans cet article
No items found.
Prochain article
No items found.
Dans cette catégorie