Reading
CoinVertible : les dessous du stablecoin de Société Générale

CoinVertible : les dessous du stablecoin de Société Générale

CoinVertible : les dessous du stablecoin de Société GénéraleCoinVertible : les dessous du stablecoin de Société Générale

Pour la première fois, une banque a émis un stablecoin sur une blockchain publique. Nous avons mené l’enquête pour en savoir plus sur ce projet.

Le CoinVertible est destiné aux clients institutionnels (gestionnaires d’actifs, institutionnels, assureurs, etc.) de Société Générale. Ce projet doit principalement servir à fluidifier les transactions des security tokens (des tokens qui représentent des titres financiers comme des actions, ndlr), un sujet sur lequel la banque basée à la Défense, à côté de Paris, est en pointe.

En 2019, la banque avait émis une obligation de 100 millions d'euros sous la forme de security tokens via la blockchain Ethereum. En 2021, elle avait été la première banque à sortir un produit structuré directement inscrit sur la blockchain (cette fois-ci Tezos). Sauf qu’à chaque fois, le réglement de ces transactions se faisaient de manière parallèle avec des monnaies traditionnelles. L’idée de ce stablecoin est de faire office de moyen de paiement onchain et donc d’accélérer l’adoption des actifs tokenisés.

“C’était une demande de nos clients depuis un petit moment, ils avaient besoin d’un token de règlement dont la valeur est stable et qui est nativement sur la blockchain”, explique Jean-Marc Stenger, le patron de Forge.

“On observe une courbe d’adoption supérieure aux prévisions sur le marché de la tokenisation, de nombreuses autres banques travaillent désormais sur ces sujets, ce qui n’était pas le cas il y a deux ans”, poursuit-il.

Ce stablecoin est particulier et se distingue des autres projets familiers de la communauté crypto, notamment en termes de contrôle. Pour qu’une transaction soit validée, il est obligatoire que Société Générale donne son accord. La banque peut également détruire les stablecoins sur une adresse qu’elle ne contrôle pas.

Ces paramètres ont suscité de nombreuses réactions et commentaires acerbes sur les réseaux sociaux. Certains ont ainsi parlé d’un stablecoin “public” qui n’en avait que le nom. “Il faut bien comprendre que notre projet n’a rien à voir avec les stablecoins destinés au grand public”, signale Jean-Marc Stenger. “CoinVertible répond à certains usages spécifiques exclusivement réservés à de la clientèle institutionnelle qualifiée”, prévient-il pour répondre aux quelques critiques visant son manque de décentralisation.

Société Générale ne vise toutefois pas que les acteurs classiques, et son objectif est aussi d’adresser une clientèle web3 : Exchanges, courtiers et gestionnaires d’actifs cryptos. Le CoinVertible pourra également être intégré dans des transactions passées via le protocole de finance décentralisée Maker sur lequel Forge travaille depuis plusieurs mois.

En janvier dernier, la banque avait contracté un prêt à partir d’actifs numériques placés en garantie. D’autres expérimentations devraient suivre avec d’autres acteurs de la DeFi.

Tout ce qui compte dans le Web3. Chaque semaine.
25€/mois
30 jours d’essai gratuit.
S'abonner
Tout ce qui compte dans le web3.
Les meilleurs news et analyses cryptos. Chaque semaine. 100% indépendant.
S'abonner
Dans cet article
No items found.
Prochain article
No items found.
Dans cette catégorie