Reading
Crypto : l'AMF a-t-elle les moyens de faire son travail ?

Crypto : l'AMF a-t-elle les moyens de faire son travail ?

Crypto : l'AMF a-t-elle les moyens de faire son travail ?Crypto : l'AMF a-t-elle les moyens de faire son travail ?

Plusieurs acteurs de la crypto s’inquiètent de la lenteur de l’examen des dossiers d’enregistrement, et demain d’agrément, pour devenir PSAN.

De son côté, le régulateur justifie ces retards par le fait que certains dossiers seraient incomplets. “Il y a des entreprises qui n’ont clairement pas compris l’importance de la démarche”, explique une source proche de l’Autorité des marchés financiers (AMF).

Pour se défendre, l’autorité évoque aussi le fait que 60 entreprises ont déjà été enregistrées, ce qui est nettement supérieure aux autres pays européens.

Cet argument ne convainc toutefois pas du côté de l’Association pour le développement des actifs numériques (Adan) où l’on souligne tout simplement l’existence “d’un vivier d’entreprises” 🇫🇷 important.

En attendant, le risque pour la France, et d’autres pays, est que certaines entreprises, notamment les plus dynamiques, aillent se faire enregistrer et agréer ailleurs, pour éviter de perdre du temps.

“Nous avons des clients français qui sont prêts, par exemple, à aller au Luxembourg”, indique Arnaud Touati, associé fondateur de Hashtag Avocats.

Tout ce qui compte dans le Web3. Chaque semaine.
25€/mois
30 jours d’essai gratuit.
S'abonner