“On en fait un peu trop avec la consommation énergétique du Bitcoin”
Publié le
Published on
September 29, 2022

“On en fait un peu trop avec la consommation énergétique du Bitcoin”

­Pour Émeric de Vigan, qui est vice-président de l’activité électricité chez Kepler, le bitcoin, bien utilisé, peut jouer un rôle dans la transition énergétique.

THE BIG WHALE. Quelle est votre position au sujet du Bitcoin ?

Émeric de Vigan. J’ai un avis qui est largement biaisé parce que j’ai travaillé dans le trading d’électricité, où le sous-jacent est… physique. Ce qui fait le prix de l’électricité, c’est la consommation, la production éolienne, la disponibilité des centrales, et la liste est longue. Vu sous cet angle, le Bitcoin n’a pour moi pas beaucoup de valeur. Si j’étais un peu provocateur, je dirais même que je ne comprends pas pourquoi il ne vaut pas zéro…

Son niveau de consommation énergétique pose-t-il un problème ?

Envie de lire la suite ?

Seuls les abonnés premium ont accès à cet article !
Inscris-toi pour accéder au meilleur contenu, avoir des infos exclusives et rejoindre la communauté des baleines. 🐳

Abonnez-vous gratuitement pour lire la suite.

Pas vraiment. Actuellement, nous vivons une situation paradoxale : il y a un grave risque de pénurie énergétique à certains endroits de la planète et des excédents d’énergie à d’autres. Le minage de bitcoins est un instrument intéressant pour consommer le surplus car on peut décider d’allumer ou d’éteindre les machines de minage très rapidement. Je pense que nous en faisons un peu trop avec la consommation énergétique du bitcoin. C’est un peu comme lorsqu’on dit qu’un e-mail consomme un certain nombre de kilowattheures. Il faut prendre un peu de recul avec tout ça.

Le bitcoin peut-il être un vecteur de transition énergétique ?

Pourquoi pas, mais cela reviendrait à dire que le minage de bitcoins s’apparente à du stockage. C’est une piste intéressante, tout comme celle d’utiliser les batteries des voitures électriques pour du stockage ou pour des mécanismes de soutien au réseau. Mais la clé, c’est de se demander s’il y a business pour miner des bitcoins à temps partiel.

La consommation électrique d’un pays peut beaucoup varier. Est-ce que ça aiderait le réseau si on comblait les creux avec une consommation à la demande ?

Oui, énormément. L’opérateur responsable de la sécurité de l’approvisionnement (RTE en France) doit gérer des situations de pointe très ponctuelles où l’on a potentiellement un déficit d’énergie, puis gérer des moments où il y a beaucoup de surplus.

Est-ce que favoriser la consommation du bitcoin, même à partir de sources renouvelables, pose un problème éthique ?

Pousser à la consommation d’une manière générale n’est pas optimal, surtout lorsqu’on doit faire preuve de sobriété. Après si nous arrivons à combiner consommation et flexibilité c’est intéressant.

Envie de rejoindre la révolution Web3 ?

Le meilleur de l'info crypto, NFT, DeFi en 15 minutes chaque semaine grâce aux deux newsletters (mercredi et jeudi) des journalistes spécialisés Grégory Raymond et Raphaël Bloch.