TBW #67 : Future of France 🚀

TBW #67 : Future of France 🚀

Retrouvez toutes les informations de la 67Ăšme newsletter Premium de The Big Whale.

Bonjour les Whales et bienvenue aux petits nouveaux qui viennent de nous rejoindre dans l’édition Smart !

L'édito de Raphaël Bloch

‍Future of France đŸ‡«đŸ‡·

Soyons honnĂȘtes, cette 6e Ă©dition de l’Ethereum Community Conference (EthCC) est un Ă©norme succĂšs. Depuis lundi, et encore ce matin pour la quatriĂšme et derniĂšre journĂ©e, Paris vit au rythme de la crypto avec une sĂ©rie assez incroyable de confĂ©rences et d’ateliers sur des sujets aussi importants que les layers 2, l’abstraction de compte ou la finance dĂ©centralisĂ©e


Ce succĂšs n’a Ă©videmment rien d’un hasard. Comme nous le disons depuis des mois dans The Big Whale, l’écosystĂšme français est l’un des plus dynamiques en Europe, et mĂȘme, sans doute, dans le monde. Il y a des investisseurs, des avocats, des banquiers (si si), et bien sĂ»r des entrepreneurs qui ne cessent d'innover. Les projets comme Morpho, Angle, Swaap, Bubblemaps, Flowdesk et autres (dĂ©solĂ© pour ceux que je ne cite pas, mais on pense Ă  vous 😎) en sont le meilleur exemple.

Ce sont d’ailleurs peut-ĂȘtre les Ă©trangers qui parlent le mieux de ce qu’il se passe en France. “L’écosystĂšme français est assez incroyable. Il y a tellement d’énergie et de bons projets”, a soulignĂ© hier soir lors d’un Ă©vĂ©nement, Richard Muirhead, le patron du fonds britannique Fabric Ventures, qui n’est autre que l’un des plus gros investisseurs Web3 en Europe.

Reste qu’il ne faudrait pas se contenter de ce succùs et de cette affluence dans la capitale. Car si l’EthCC est un carton (plus de 5000 personnes), le Web3 est loin d’avoir conquis toute la planùte 🌍 !

Il suffit de discuter avec n’importe qui en dehors de l'Ă©cosystĂšme pour voir que l’usage des wallets et la gestion des cryptos relĂšvent encore du parcours du combattant. Des entrepreneurs prĂ©sents Ă  l’EthCC travaillent sur des solutions. Et nous espĂ©rons que d’ici la prochaine Ă©dition, ils auront bien avancĂ©.

The Big News_­

Par Raphaël Bloch

👉 Cathay Ledger Capital peut dĂ©sormais investir en tokens

Les choses semblent s’accĂ©lĂ©rer pour les fonds Web3 français concernant les investissements en tokens. Selon nos informations, aprĂšs XAnge, c’est Cathay Ledger Capital qui vient d’obtenir l’autorisation de l’AutoritĂ© des marchĂ©s financiers (AMF) pour investir dans les jetons de projets.

Jusque-lĂ , les fonds basĂ©s en France, qui investissent exclusivement en actions, ne pouvaient pas investir en tokens Ă  cause de l’absence de partenaires pour le faire. Depuis la crise financiĂšre de 2008, les fonds d'investissement ont effet l’obligation de dĂ©poser l’argent de leurs clients chez un tiers pour Ă©viter toute manipulation.

Ce n’est que trĂšs rĂ©cemment que des dĂ©positaires ont eu l’autorisation de l’AMF pour faire de la crypto, ce qui permet aujourd’hui aux fonds comme XAnge et Cathay Ledger Capital d’investir dans des tokens.

L’intĂ©rĂȘt pour un fonds de rĂ©cupĂ©rer des tokens d’un projet est double : d’abord, parce qu’il permet de bĂ©nĂ©ficier des performances financiĂšres potentielles du token d’un projet. Puis, parce que la dĂ©tention de tokens, dans certains projets, permet Ă  un fonds de participer Ă  sa gouvernance.

The Big Interview_

Par Grégory Raymond et Raphaël Bloch

Joseph Lubin : "Les régulateurs européens sont plus malins que les autres"

JL

Dans une interview exclusive avec The Big Whale, le cofondateur d’Ethereum et de la start-up ConsenSys revient sur l’évolution de la deuxiĂšme plus importante blockchain de la planĂšte et l’offensive rĂ©cente de la SEC contre l’industrie crypto.

The Big Whale : Il y a un an, beaucoup de gens se posaient des questions sur Ethereum, sur son avenir, notamment avec le passage au Proof-of-Stake. Maintenant qu’il a Ă©tĂ© rĂ©ussi, diriez-vous que tous les doutes sont levĂ©s ?

Joseph Lubin : Le passage d’Ethereum au Proof-of-Stake a Ă©tĂ© en effet un Ă©vĂ©nement majeur. Ce changement nous permet d’accĂ©lĂ©rer sur l’usage, la vitesse et la puissance du rĂ©seau. Certains n’ont toujours pas compris que tout ce que nous faisons a un double objectif : augmenter le nombre de cas d’usage et d’utilisateurs d’Ethereum.

La sixiĂšme Ă©dition de l’EthCC (17-20 juillet) qui s’achĂšve aujourd’hui est un vrai succĂšs avec des centaines de projets et des milliers de participants. Diriez-vous que l’écosystĂšme Ethereum n’a jamais Ă©tĂ© aussi puissant ?

Je n’aime pas prĂ©senter les choses ainsi parce que tout est relatif. Mon objectif est qu’Ethereum, et plus globalement l’écosystĂšme Web3, se dĂ©veloppe. Si vous prenez un peu de recul, l’écosystĂšme connaĂźt une croissance exponentielle depuis 2009 et le lancement de Bitcoin.

Nous vivons dans un nouveau paradigme avec cette nouvelle forme de confiance dĂ©centralisĂ©e. Certains passent beaucoup de temps Ă  vouloir savoir quelle est la blockchain la plus puissante, la plus performante, mais en rĂ©alitĂ© ce n’est que du marketing.

Justement, en parlant de confiance. Est-ce que les scandales de 2022 n’ont pas affaibli la confiance des gens, surtout du grand public, dans le Web3 ?

Cela a Ă©videmment jouĂ©, mais il faut bien distinguer ceux qui ont trichĂ©, c’est-Ă -dire certains acteurs de la finance centralisĂ©e comme FTX, de tous les autres qui veulent crĂ©er de vrais services dĂ©centralisĂ©s comme nous. Ces gens ont menti, ont fait du mal Ă  l’industrie, mais ils n’ont rien Ă  voir avec elle.

C’est impressionnant de voir qu’il n’y a jamais eu autant de personnes impliquĂ©es dans le Web3, et ce, pour de bonnes raisons. Comme vous l'avez vu, le nombre de projets prĂ©sents Ă  l’EthCC est impressionnant !

Quels sont les plus gros challenges pour Ethereum et la communauté ?

Je dirais d’abord l’intĂ©gration du Proto-Danksharding qui va intervenir dans les mois qui viennent avec la mise Ă  jour EIP 4844. Le Proto-Danksharding va permettre de rĂ©duire significativement les frais sur les layers 2 et demain les layers 3. C’est une Ă©tape trĂšs importante dans le dĂ©veloppement d’Ethereum.

L’un des autres gros enjeux est la politique de “burn” (brĂ»ler) des ethers. Il faut trouver le bon Ă©quilibre. Il y a Ă©galement le sujet des validateurs. Il faut rĂ©ussir Ă  mieux dĂ©centraliser le systĂšme de validation pour Ă©viter que seuls quelques acteurs aient trop d’influence.

Une bataille de l’innovation a dĂ©marrĂ© sur les layers 2. ConsenSys vient de lancer le sien, Linea. Quel est l’intĂ©rĂȘt d’en avoir autant ? Quelles sont les principales diffĂ©rences entre les layers 2 ?

Au risque de vous surprendre, je dirais que ce n’est pas un sujet technologique. La plupart des layers 2 sont en rĂ©alitĂ© assez performants.

Je pense que la diffĂ©rence se fera essentiellement sur la facilitĂ© Ă  dĂ©velopper des applications sur ces layers 2. StarkWare a moins de traction parce qu’ils dĂ©veloppent des outils pour diffĂ©rents genres de machines virtuelles, et pas uniquement celle d’Ethereum.

L’autre gros point diffĂ©renciant va ĂȘtre la communautĂ©. Si vous ĂȘtes capables d’attirer des bons projets (gaming, finance, etc) et des utilisateurs sur votre layer 2, alors vous avez gagnĂ©.

Le procĂšs qui oppose Ripple Ă  la SEC est trĂšs loin d’ĂȘtre terminĂ©, mais un juge fĂ©dĂ©ral vient de considĂ©rer que le XRP n’était pas un “titre financier” dans le cadre d’une vente sur le marchĂ© secondaire. Pensez-vous que cela va changer quelque chose pour l’ether qui pourrait aussi ĂȘtre visĂ© par la SEC ?

Il n’y a rien, Ă  ce jour, qui pourrait laisser penser que la SEC prĂ©parerait quelque chose de concret contre Ethereum. Gary Gensler a dĂ©cidĂ© de mener une action assez violente contre l’industrie, et cela a crĂ©Ă© beaucoup de doutes et d’incertitudes, mais cette offensive ne pourra pas durer indĂ©finiment.

Des Ă©lus du CongrĂšs amĂ©ricains sont vent debout contre cette approche parce qu’ils ont rĂ©alisĂ© que cela est nĂ©faste pour les États-Unis et leur souverainetĂ©.

Gary Gensler ne peut pas dĂ©cider seul ce qui est un titre financier et ce qui ne l’est pas. Plus globalement, l’ether a dĂ©jĂ  Ă©tĂ© considĂ©rĂ© par le passĂ© comme une “commodity” (matiĂšre premiĂšre) par la Commodity Futures Trading Commission (agence amĂ©ricaine chargĂ©e de surveiller les marchĂ©s des dĂ©rivĂ©s de matiĂšres premiĂšres), donc ça ne devrait pas ĂȘtre un sujet pour nous.

Le rĂšglement europĂ©en MiCA vient d’ĂȘtre dĂ©finitivement adoptĂ©, et entrera progressivement en vigueur. Que pensez-vous de cette rĂ©gulation ?

Je pense que les rĂ©gulateurs europĂ©ens sont plus malins que les autres. Ils ont compris ce qu’il se passe, et donc ils ne veulent pas que l’Europe passe Ă  cĂŽtĂ© du Web3 et de ses opportunitĂ©s.

Ils ont bien compris qu’il ne fallait pas tuer la technologie. Les États-Unis feraient bien de s’en inspirer, mĂȘme si pour eux il y a un vrai dilemme parce que le dĂ©veloppement de la finance dĂ©centralisĂ©e pourrait affaiblir le systĂšme financier amĂ©ricain actuel.

Qu’est-ce qui vous intĂ©resse le plus dans MiCA ?

MiCA est loin d’ĂȘtre parfait, mais l’approche est la bonne parce que l’accent est mis sur les acteurs de l’industrie et pas sur la technologie en elle-mĂȘme. La technologie crypto ne doit pas ĂȘtre rĂ©gulĂ©e, ce serait une erreur.

Vous parlez de technologies, mais ne pensez-vous pas que le meilleur moyen d’embarquer les entreprises et les utilisateurs c’est de parler davantage des produits et de l’expĂ©rience utilisateur ? Uber est connu dans le monde entier pour la facilitĂ© d’utilisation de son application, pas pour la technologie derriĂšre


Vous avez totalement raison, mais Uber n’a pas eu besoin de construire les routes sur lesquelles leurs chauffeurs circulent. Ils ont juste utilisĂ© l’infrastructure existante !

Pour nous, c’est beaucoup plus compliquĂ© puisqu’il faut crĂ©er nous-mĂȘmes le nouvel Internet, un internet dĂ©centralisĂ©. Nous le faisons par Ă©tape, avec des couches diffĂ©rentes. C’est pour cette raison que vous avez les layers 1, les layers 2, les layers 3, qui vont permettre d’avoir une infrastructure plus rapide, plus sĂ©curisĂ©e, mais il y a tout Ă  faire, donc cela prend du temps.

Tous les sujets dont je vous parle sont en train de progresser dans la sociĂ©tĂ©. L’idĂ©e de dĂ©centralisation progresse un peu partout, dans le sport, la finance, la distribution... Ce n’est pas un hasard ni nous voyons des marques comme Nike, Starbucks ou LVMH entrer dans le Web3. Il y a aujourd’hui plus d’une centaine de gĂ©ants mondiaux qui ont des projets parce qu’ils ont bien compris ce qui se jouait.

Vous ĂȘtes le patron de ConsenSys, qui est notamment connu pour le portefeuille Metamask. Sur quoi travaillez-vous pour rendre Metamask encore plus accessible ?

L’une de nos prioritĂ©s est de rajouter des services comme le staking et l’échange de crypto (swap). Les autres sujets sur lesquels nous travaillons sont la conservation des cryptos ainsi que la gestion de l’identitĂ©.

Est-ce que vous pensez que l’émergence de l’intelligence artificielle a Ă©clipsĂ© le Web3 ?

Ce sont surtout les mĂ©dias qui ont Ă©clipsĂ© le Web3. Depuis des mois, ils parlent beaucoup plus de l’IA, donc une grande partie de la population se dit que c’est fini, ce qui n’est Ă©videmment pas le cas. Je ne pense pas que l’IA ait un impact sur le Web3. Je suis mĂȘme convaincu que ces deux technologies sont complĂ©mentaires.

L’intelligence artificielle va permettre d’automatiser beaucoup de choses dans le Web3, comme par exemple les votes au sein des DAO ou la programmation dans les protocoles. De son cĂŽtĂ©, l’IA, pour ĂȘtre soutenable, va devoir s’appuyer sur des protocoles transparents et dĂ©centralisĂ©s pour assurer la gouvernance des donnĂ©es.

Que pensez-vous du projet Worldcoin de Sam Altman ?

Worldcoin est un projet particulier. Je n’ai pas encore regardĂ© prĂ©cisĂ©ment la technologie, mais je crois que les fondateurs se sont rĂ©servĂ©s une partie importante des cryptos crĂ©Ă©es, donc si leur objectif est vraiment d’en faire la “monnaie du monde”, cela me paraĂźt mal parti. Il va falloir mieux la distribuer.

AprĂšs leur ambition sur l’identitĂ© est trĂšs intĂ©ressante, c’est un vrai sujet. Il faut rĂ©ussir Ă  crĂ©er des identitĂ©s dĂ©centralisĂ©es.

L’EthCC est organisĂ© Ă  Paris. Que pensez-vous de l’écosystĂšme français ?

La France est l’un des plus Ă©cosystĂšme les plus dynamiques. Paris est trĂšs important pour ConsenSys, oĂč nous avons toujours eu une grosse Ă©quipe. Il y a beaucoup d’ingĂ©nieurs et d’entrepreneurs avec des projets assez incroyables.

Rejoignez The Ocean ! 🌊

Tous les projets europĂ©ens qui le souhaitent peuvent renseigner leurs informations et figurer dans “The Ocean”.

Chaque projet intégré au sein de cette cartographie aura la possibilité, aprÚs le vote des 300 abonnés fondateurs de The Big Whale, de :

👉 Pitcher le projet auprĂšs de la communautĂ© de The Big Whale (20.000 membres)

👉 Être visible (avec une fiche) au sein d’un espace dĂ©diĂ© dans The Big Whale

Le questionnaire est disponible en cliquant ici, et ne prend que quelques minutes.

The Big Focus_

Rédigé par Grégory Raymond

Mt Pelerin invente l’IBAN associĂ© Ă  un wallet crypto

MP

La start-up suisse 🇹🇭 lancera cet Ă©tĂ© un produit encore unique au monde : un IBAN bancaire connectĂ© Ă  un wallet non-custodial permettant de jongler sans friction entre des monnaies traditionnelles et des cryptos.

La suite est disponible sur le site de The Big Whale. 🐳

Abonnez-vous Ă  notre Newsletter_
Recevez chaque semaine le meilleur de l'info Web3 grace Ă  notre Ă©quipe de journalistes
Read next
No items found.
In this category