TBW Premium #2 : L'interview exclusive de CZ (Binance)
Publié le
Published on
20/9/2022

TBW Premium #2 : L'interview exclusive de CZ (Binance)

Retrouvez toutes les infos de la deuxième newsletter premium de The Big Whale.

Envie de lire la suite ?

Seuls les abonnés ont accès à cet article !
Inscris-toi pour accéder au meilleur contenu, avoir des infos exclusives et rejoindre la communauté des baleines. 🐳

Réservé à nos abonnés

Salut les Whales ! 🐳

Bienvenue aux petits nouveaux qui nous ont rejoints cette semaine dans l'édition Premium.

THE BIG SPLASH

­­­Mais où est passée la Tech ? 🤔

Alors ce débat d’entre-deux-tours ? Si certains d’entre vous ne l’ont peut-être pas regardé, nous on l’a suivi d’une oreille en bouclant cette édition 🍷. Honnêtement, ce n’était pas fracassant, mais quand même bien meilleur qu’il y a cinq ans. GROS regret cependant : l’absence d’un vrai débat sur les grands sujets du numérique. On ne s'attendait pas à entendre parler du Web3, mais l’avenir de la France se joue aussi sur ces questions. Et ce n’est même pas nous qui le disons, mais le patron de… Binance, "CZ".

Lors de son passage à Paris, on a pu passer une heure avec le milliardaire chinois (l’interview est en dessous). On a parlé de tout un tas de sujets - Bitcoin, marchés, etc. -, et aussi justement du rapport de la France et de l’Europe aux technologies. CZ, qui va installer une partie de ses bureaux en France, est optimiste pour l’Europe. Mais il y a encore des efforts à faire, surtout face aux ogres chinois et américain qui avancent vite et investissent des sommes gigantesques. En espérant que les responsables politiques (s’il y en a parmi vous 👋) entendent son message…

Pendant ce temps-là, l’océan du Web3 est resté agité, et il s’est passé pas mal de choses qu’on vous révèle en exclusivité 👇

THE BIG SCOOP

­­­Nos informations exclusives

­­

👉 Le cas du Bitcoin tranché par ses ses pires ennemis

Bitcoin est-il une monnaie ? Le débat fait rage depuis plusieurs années et les arguments fusent sans que l’on ne sache exactement qui a raison. Enfin presque, parce que le Code monétaire et financier, qui régit le droit financier français, a, lui, tranché la question depuis 2019 : un actif numérique “ne possède pas le statut juridique d’une monnaie”. Au moins, les choses sont claires. Ce qui est intéressant, et que The Big Whale a repéré, c'est que cette définition traduite dans le droit tricolore reprend quasiment mot pour mot celle proposée en 2014 par l’Autorité bancaire européenne (EBA), soit le superviseur… des banques ! Logique après tout quand on connaît l’amour que le secteur porte au Bitcoin. Mais pas forcément super constructif…

👉 The Sandbox prépare une méga levée de fonds

S’il y a bien une chose sur laquelle le Web3 ne diffère pas du Web2, c’est bien dans la course à l’argent. Six mois après avoir levé un peu plus de 90 millions de dollars, The Sandbox est en train de réaliser un nouveau tour de table. Bloomberg a révélé l’information mardi en avançant le chiffre de 400 millions de dollars, ce qui valoriserait le métavers porté par le Français Sébastien Borget à 4 milliards de dollars. Selon nos informations, le tour de table pourrait même carrément dépasser les 500 millions de dollars ! L’objectif du jeu et de son actionnaire, le studio hongkongais Animoca Brands, est assez simple : faire des acquisitions dans le secteur et s’imposer comme LE métavers de référence face à son principal concurrent, Decentraland, et aussi face aux acteurs plus traditionnels et centralisés comme Roblox…

👉 Dernière ligne droite avant l’ICO du cinéma français

On va être francs avec vous, lorsqu’on a vu le projet d’ICO du Klapcoin, on s’est posé pas mal de questions… Une ICO pour financer le cinéma ? Quelques drapeaux rouges peuvent se lever. Mais après avoir analysé le projet, on s’est rendu compte qu’il y avait vraiment quelque chose. On vous explique tout : en fait, les investisseurs vont pouvoir acquérir des KLAP (à partir du 28 avril). Ces tokens, dont la valeur sera toujours équivalente à 10 centimes d’euros, permettront de financer la phase initiale du développement de plusieurs films

(une étape clé où l’argent manque cruellement) retenus par un comité, présidé par Julie Gayet. Jusque-là, ça va ? Ensuite, l’investissement des KLAP génère des LUX, un token de gouvernance (lui bien volatil) qui permet d’influencer le développement des films et rapporter du rendement (l’équipe prévoit 5 à 7% annuel en fonction des résultats en salles). On trouve que ce projet est intéressant, car il offre une alternative au financement traditionnel du cinéma. Le projet a été développé techniquement par Exiaon, la filiale blockchain d’EDF, qui s’est chargé de l’intégration technique sur le protocole Tezos. On suivra le projet avec attention.

THE BIG INTERVIEW

­­­"Paris pourrait devenir notre siège européen"

👉 L'actu. Le patron de Binance a confirmé que l’exchange allait créer des bureaux et un incubateur à Paris.

👉 Pourquoi c'est important. Binance est la plus grosse plateforme d’échange crypto de la planète.

👉 Le contexte. Le géant chinois se cherche un siège en Europe. Paris fait partie des candidats sérieux.

Un incubateur à Station F, des locaux dans Paris, des dizaines d’embauches… Vous venez de faire une série d’annonces lors du PBWS qui montre vos ambitions en France. Pourquoi la France et pourquoi maintenant ?

La France fait partie des pays en Europe sur lesquels nous misons le plus. Nous discutons depuis des mois avec le gouvernement pour voir comment travailler ensemble, pour évaluer comment s’installer dans les meilleures conditions. Cela a pris un peu de temps, mais les choses avancent. Je dois dire que suis très agréablement surpris par l’accueil, et surtout la vision d’Emmanuel Macron, qui veut faire de la France un pays leader dans la blockchain et les cryptos.

Vous êtes venus en France il y a six mois sans faire d’annonces. Qu’est-ce qui a changé entre-temps ?

Rien n’a fondamentalement changé. Il faut juste un peu de temps. D’abord on discute, et après on fait les choses. Actuellement, nous sommes dans la phase où l’on fait les choses. On va donc installer un bureau à Paris et créer un incubateur Web3 à Station F. Il y a déjà un bon écosystème, avec des investisseurs et des ingénieurs. Vous savez, Binance est une entreprise très observée. Lorsque nous investissons dans un pays, tous les autres acteurs regardent pourquoi nous le faisons. Cela a un effet positif pour tout le monde. Et si les choses se passent bien, Paris pourrait devenir notre siège européen.

Ce n’est pas la première fois que vous laissez entendre que Paris pourrait être votre siège européen, voire même mondial... Est-ce réaliste ? Vous n’avez toujours pas le statut de Prestataire de services sur actifs numériques (PSAN) délivré par l’Autorité des marchés financiers (AMF)...

Je pense que vous avez l’un des pays européens les plus avancés sur les cryptos et la blockchain. Ça aurait donc du sens de faire de Paris l’un de nos sièges. La France a clairement de l’avance. Vous avez un cadre réglementaire clair, un écosystème avec des locomotives comme Ledger dont les wallets sont parmi les produits que j’utilise le plus… Pour ce qui est du PSAN, les choses avancent. Très bien même.

Est-ce une histoire de jours, de semaines, de mois ? Ce serait votre “laxisme” sur la lutte anti-blanchiment qui poserait problème…

Binance investit des centaines de millions de dollars chaque année dans la lutte anti-blanchiment. Des articles de presse (Reuters, ndlr) ont récemment fait état de dysfonctionnements dans notre dispositif. C’est faux et on espère que l’AMF pourra valider notre dossier au plus vite.

Selon nos informations, vous n’avez pas demandé l’enregistrement comme PSAN (des dizaines d’acteurs l’ont déjà), mais vous avez directement demandé l’agrément (que personne n'a). Est-ce vrai ?

La question est plus pour l'AMF que pour moi : pour ma part, je ne peux naturellement pas commenter pour le moment par respect pour les autorités françaises.

En dépit de ses atouts, l’Europe n'apparaît pas comme un leader dans le secteur. Comment l’expliquez-vous ?

Si la France et l’Europe ont plein d’atouts, elles ont aussi encore certains points faibles comme les… banques. Les banques européennes sont encore très frileuses sur les cryptos. C’est compliqué pour les entreprises de se développer sans avoir accès aux financements des banques ou tout simplement d’ouvrir un compte. L’Europe a besoin d’avoir des banques proactives pour accompagner et financer des projets du Web3. Et pas seulement quelques banques : il faut qu’elles le soient toutes, comme si les entreprises crypto étaient des entreprises comme les autres. C’est d’ailleurs la grosse différence avec les États-Unis et l’Asie où elles sont désormais beaucoup plus ouvertes. Aux États-Unis, je connais au moins une dizaine de banques “pro-crypto”. Je pense notamment à Silvergate, Signature Bank, ou quelques très grandes institutions comme Goldman Sachs et JP Morgan. En France, j’ai du mal à vous en citer une.

Pensez-vous que l’Europe pourrait rater le virage des cryptos, du Web3 ?

Je ne le pense pas, mais le risque pour l’Europe est d’être encore derrière les États-Unis et la Chine. Les cryptos sont là pour durer. La question n’est pas de savoir s’il faut ou non s’en emparer, mais plutôt de savoir comment il faut s’en emparer. C’est exactement comme avec Internet ! Demain, les cryptos et la blockchain seront présentes partout au même titre qu’Internet. Personne ne peut arrêter ce mouvement de fond qui permet de bancariser les populations et de financer les entreprises… Il faut que l’Europe accompagne cette révolution, qu’elle fasse de l’éducation sur ces sujets. On sait qu’il y a eu des arnaques et qu’il y en aura encore, mais il y a tellement d’aspects positifs et de bons projets à financer… Les grands groupes de demain sont en train d’être bâtis. C’est ça qu’il faut regarder. L’Europe doit réguler le secteur, mais sans l’empêcher de se développer, sinon elle s’affaiblira elle-même et d’autres pays et entrepreneurs prendront le leadership.

Depuis un an, on parle beaucoup des NFT, qu’en pensez-vous ?

C’est un outil incontournable. On le voit depuis des mois, le secteur est en train de s’envoler. Il y a bien sûr de la spéculation, mais ce n’est pas l’essentiel. La réalité, c’est que l’idée de propriété numérique va bouleverser tous les secteurs. Nous sommes à Paris, sûrement la ville où il y a le plus de musées, d'œuvres d’art. Aujourd’hui, les musées “monétisent” leurs œuvres seulement à travers les visites physiques. En utilisant les NFT, ils pourraient faire beaucoup plus, comme créer des collections virtuelles et toucher des revenus supplémentaires…

Et que pensez-vous du fait que le Salvador ait fait du bitcoin sa monnaie légale ?

C’est une grosse information. Je suis convaincu que d’autres pays feront de même dans les mois qui viennent. Il y a aussi les entreprises qui investissent dans les cryptomonnaies. On a vu Tesla, MicroStrategy, Square et d’autres. Dès que les gens comprennent Bitcoin, ils comprennent que c’est le futur. Comme avec Internet en 1995. À l’époque, peu avaient identifié l’impact de cette technologie. Internet a changé l’information et les cryptos vont changer la monnaie et la finance.

Comment voyez-vous Binance dans 10 ans ?

Binance a été créé pour permettre aux gens d’accéder aux cryptomonnaies. C’est sa raison d’être. Nous créons aussi des produits pour permettre à nos clients de profiter de cet écosystème. Mais il est difficile de savoir où nous en serons dans 10 ans (rires). Il n’est pas impossible que la plupart des plateformes centralisées seront remplacées par des équivalents décentralisés. Dois-je pour autant m’inquiéter ? Pas du tout. Notre fonction est d’être cette porte d’entrée vers le monde crypto. Si les utilisateurs veulent aller sur des DEX et stocker eux-mêmes leur cryptos, c’est une très bonne chose. Je suis personnellement pour.

Coinbase s’est introduit en Bourse il y a un an. Avez-vous des projets similaires ?

L’arrivée de Coinbase a été un signal très positif pour l’industrie. Ça l'a beaucoup crédibilisé. Nous sommes évidemment attentifs, nous regardons, mais ce n’est pas un objectif en soi. Il faut savoir pourquoi on le fait, et où on le fait. Aux États-Unis, en Europe, en Asie ?

Ce serait envisageable en Chine ?

Cela paraît très compliqué. La Chine a interdit les plateformes d’échange cryptos, tout comme le minage. C’est devenu impossible d’opérer là-bas, ce qui limite les possibilités.

Comment expliquez-vous cette nouvelle politique de la part de Pékin ?

Je ne sais pas trop. Ce qui est sûr, c’est que je pense que la Chine devrait infléchir sa politique. Comme je vous l’ai dit, la blockchain et les cryptos sont là pour rester…

Vous voyagez beaucoup, où habitez-vous en temps normal ?

Je voyage effectivement beaucoup parce que le marché est mondial. Mon lieu de résidence est à Singapour, mais je compte bien passer du temps à Paris cet été (rire).

Êtes-vous allé en Chine récemment ?

Pas depuis des années. Pékin ne regarde pas d’un œil favorable l’industrie des cryptos, donc je me fais plutôt discret.

Avez-vous peur de subir le même sort que certains entrepreneurs chinois, comme Jack Ma (fondateur d’Alibaba), qui ont fait l’objet de lourdes sanctions ?

Je ne parlerais pas des cas particuliers. Sur la situation globale, le gouvernement chinois a déjà expliqué qu’il voulait réduire les inégalités dans le pays, ce qui est une très bonne chose. Je m’interroge juste sur la manière. Je pense que pour réduire les inégalités, il faut surtout permettre aux plus modestes de pouvoir s’élever.

Envie de rejoindre la révolution Web3 ?

Le meilleur de l'info crypto, NFT, DeFi en 15 minutes chaque semaine grâce aux deux newsletters (mercredi et jeudi) des journalistes spécialisés Grégory Raymond et Raphaël Bloch.