Affaire FTX : est-ce la fin des cryptos ?
Publié le
Published on
November 15, 2022

Affaire FTX : est-ce la fin des cryptos ?

Si l’effondrement de FTX est un choc majeur pour le secteur, plusieurs indicateurs montrent qu’il ne s’est, en réalité, jamais aussi bien porté.

Vous n’avez pas pu y échapper.

Depuis quelques jours, on croule sous les articles, commentaires et interviews expliquant que la chute de FTX signe la “fin” des cryptomonnaies. Oui, la fin des cryptomonnaies et de tout l'écosystème.

Mais qu’en est-il réellement ? On s’est penchés sur la question et les chiffres montrent qu’en réalité l’industrie crypto va plutôt bien. Même très bien.

Voici quelques chiffres à utiliser à la machine à café 😉.

Envie de lire la suite ?

Seuls les abonnés premium ont accès à cet article !
Inscris-toi pour accéder au meilleur contenu, avoir des infos exclusives et rejoindre la communauté des baleines. 🐳

Abonnez-vous gratuitement pour lire la suite.

👉 Nombre d’utilisateurs

Les sources varient, mais selon les chiffres de la société Chainalysis, un peu plus de 200 millions de personnes possèdent aujourd’hui des cryptomonnaies sur la planète, ce qui est tout simplement un record historique.

Pour vous donner une idée, c’est 2 fois plus qu’avant la crise du Covid - en 2020 - qui a marqué une nette accélération de l’adoption du bitcoin et des autres cryptomonnaies. La hausse des marchés a évidemment bien aidé 🚀.

Actuellement, il y aurait un peu plus de 50 millions de détenteurs de cryptos en Europe, soit à peu de chose près la population espagnole ! 

👉 Les entreprises s’y mettent

En dehors du scandale autour de FTX, il n’y a jamais eu autant d’entreprises qui s’intéressent au sujet des cryptomonnaies, des NFT (on vous explique tout sur les NFT ici) ou du métavers.

Les groupes de luxe comme LVMH, via Tiffany & Co. notamment, travaillent sur des projets de NFT ou collaborent avec des collections connues comme les Bored Apes ou les CryptoPunks.

Dans la finance, les banques sont, chaque mois, plus nombreuses à tester la DeFi (finance décentralisée) ou, comme certaines surtout aux États-Unis, à permettre à leurs clients d’acheter et de vendre des cryptomonnaies.

👉 Levées de fonds

Les fonds levés sont un bon indicateur de la santé d’un secteur (même si FTX est un bon contre-exemple), et les entreprises Web3 lèvent encore beaucoup d’argent.

En 2022, elles auront attiré plus de 20 milliards de dollars de capitaux, selon un récent rapport de Messari, qui est une société spécialisée dans les données financières.

Or, si ces volumes sont en baisse par rapport à 2021 - une année record avec 30 milliards de dollars levés ! - ils sont toutefois nettement supérieurs à ce qu’on a observé en 2020 (7 milliards de dollars).

👉 Régulation qui se met en place

Certains diront que la régulation est une “mauvaise” chose pour le secteur, parce qu’elle fixe des règles, mais c’est aussi le signe que les cryptos se démocratisent. Un peu partout sur la planète, les autorités travaillent sur des réglementations pour déterminer la nature des actifs (tokens, cryptos, etc), mettre en place une fiscalité…

L’Union européenne est à ce niveau-là en pointe avec la réglementation MiCA qui doit entrer en vigueur d’ici 2024.

Envie de rejoindre la révolution Web3 ?

Le meilleur de l'info crypto, NFT, DeFi en 15 minutes chaque semaine grâce aux deux newsletters (mercredi et jeudi) des journalistes spécialisés Grégory Raymond et Raphaël Bloch.